Crowdsourcing, Crowdfunding & Innovation

Beautifully Simple

Clean and modern theme with smooth and pixel perfect design focused on details

Learn more

Easy Customizable

Over a hundred theme options ready to make your website unique

Learn more

Contact Form Ready

Built-In Contact Page with Google Maps is a standard for this theme

Learn more

Responsive Blog

Up to 3 Blog Layouts, Bootstrap 3 ready, responsive on all media devices

Learn more

Fquare emmène le concept du crowdfunding à la ferme

Fquare emmène le concept du crowdfunding à la ferme

Fquare nous prouve qu’on peut tout crowdfunder. On avait vu le crowdfunding de startup,  de musiciens, de tennismen/women,… On peut maintenant crowdfunder un agriculteur !

Le principe : L’agriculteur revend son exploitation “à la foule”. Laquelle perçoit annuellement une rente liée aux bénéfices de l’exploitation.

Cette initiative est à rapprocher de Myfarm, qui propose à l’internaute, moyennant une contribution mensuelle de co-gérer une ferme.

Un modèle novateur de crowdfunding proposé par Upstart.com

Un modèle novateur de crowdfunding proposé par Upstart.com

Upstart.com, une nouvelle plateforme de crowdfunding crée par des anciens de Google, propose un nouveau modèle de crowdfunding. Kickstarter propose d’investir sur des projets, Wiseed propose d’investir sur des startups, Upstart propose d’investir sur… des profils à fort potentiels…

Le principe : la personne se présente sur le site (et a visiblement un avenir brillant), présente son projet et ses études (Yale, Duke, Harvard). Le “backer” peut alors investir (minimum 1000$) en échange d’un pourcentage de ses revenus sous forme de mensualités pendant 10 ans (qu’il soit salarié ou qu’il ait crée une startup…). Upstart limite le retour sur investissement à 15% et ne verse pas de mensualités si le revenu annuel est inférieur à 30 000 $.

Wiseed propose une “sélection” d’été des jeunes pousses de Montpellier

Wiseed propose une “sélection” d’été des jeunes pousses de Montpellier

Cet été, le BIC (Business and Innovation Centre) de Montpellier Agglomération et WiSEED organisent avec l’appui de Melies et Sud angels, une opération inédite d’e-sélection de jeunes entreprises innovantes, ouverte aux particuliers.

A partir du 6 août 2012, vous pouvez vous connecter pour émettre votre avis sur chaque jeune pousse et déterminer ainsi leurs chances de succès pour intéresser des investisseurs. En pratique, vous avez jusqu’au 30 août pour voter en faveur de vos projets favoris.

A l’issue du vote, les start-ups ainsi plébiscitées auront l’opportunité dès septembre 2012 de se présenter devant les investisseurs intéressés lors de rencontres organisées ad hoc puis de lever des fonds auprès des réseaux d’investisseurs, de business angels et via la plateforme WiSEED.


Ouverture d’un forum sur le crowdfunding

Ouverture d’un forum sur le crowdfunding

Un forum adossé à ce blog a été ouvert afin de pouvoir mieux partager sur le crowdfunding, les projets sur lesquels les internautes peuvent participer ou ont pu participer. Une section spécifique est ouverte afin que les porteurs de projets puissent présenter leurs demandes de financement et puissent discuter directement avec de futurs crowdfunders.

L’adresse est ici : paul.lacool.org/forum

 

Wiseed fait peau neuve

Wiseed fait peau neuve

Wiseed, la plateforme française de financement participative de jeunes pousses a relifté en profondeur l’interface de sa plateforme. Au menu, une intégration plus poussée avec facebook et un design remis au goût du jour. Le vote pour les entreprises en recherche de feed-back ou de qualification pour un round de financement a été mis en avant par rapport à la version précédente.

L’accès au catalogue est provisoirement fermé sous la raison invoquée de ” remise en conformité de ses activités avec les réglements nationaux”.

Dans les points à améliorer par rapport à la version précédente on espère voir arriver un reporting plus poussé dans les activités des statups dans lesquels les micro-investisseurs ont pu placer leur fonds.

 

 

MyMajorCompany devient une plateforme généraliste de financement participatif

MyMajorCompany devient une plateforme généraliste de financement participatif

Le site MyMajorCompany, était initialement une plateforme dédiée au financement participatif d’artistes. Des succès comme Grégoire, Irma ont pu voir le jour grâce à elle.

MyMajorCompany s’est ensuite diversifiée en ouvrant un site dédié à la production d’artistes Anglais (MyMajorCompany.uk), puis à la la production de BD grâce à des partenariats avec des grandes maisons d’édition française.

Depuis la moitié du mois de mai 2012, MyMajorCompany est devenu une plateforme de lancement de projet généraliste, à la manière de Kickstarter.com. Il est donc désormais possible de financer n’importe quel type de projet, d’un disque à la création d’entreprise.

La plateforme n’est qu’en version béta pour le moment, mais malheureusement les détails concernant les investissements réalisés précédemment sur des artistes ne sont plus accessible (en attendant peut être une prochaine mise à jour?). Assez peu de projets sont présents dans les différentes catégories, souvent vides…

Ce changement de stratégie est risqué, MyMajorCompany s’étant forgé un véritable nom dans le domaine de la production d’artistes grâce au succès de quelques uns.  Le passage d’un producteur de musique à collecteur de fond généraliste changera profondément l’activité de cette startup, et la mettra en compétition avec d’autres acteurs tels que Ulule.com.

Le Médef souhaite voir se développer un crowdfunding à la française

Le Médef souhaite voir se développer un crowdfunding à la française

Un article de l’expansion du 06 mai indique que Laurence Parisot, présidente de l’organisation patronale Médef, propose au gouvernement d’introduire et de développer en France le “Crowdfunding”.

Cette initiative fait echo à celle d’acteurs du crowdfunding français prenant à parti les candidats de la présidentielle sur l’importance du développement du crowdfunding pour le développement de l’économie.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-medef-veut-developper-le-crowd-funding_293235.html

Pourquoi le crowdfunding participera au renouveau du capitalisme

Pourquoi le crowdfunding participera au renouveau du capitalisme

Le crowdfunding de startup est cette nouvelle méthode qui consiste à financer des entreprise en création ou n’importe quel autre projet, par le biais de levée de fonds auprès du grand public grâce à l’utilisation des nouvelles technologies et des tickets d’entrée très faibles (10aines d’euros).

Les demandeurs de capitaux peuvent ainsi trouver une nouvelle forme de financement face aux levée de fonds classiques et emprunts coûteux (private equity, venture capital, …), et trouver des fonds qui se rarifient sensiblement notamment pour le financement des  phases d’amorçage de startup.

Le système capitaliste actuel, et les crises récentes montrent, entre autres, 3 limites au système :

– La déconnexion du système financier de l’économie “réelle”, les banques rivalisant d’ingéniosité pour faire des produits financiers complexes qu’elles seules maîtrisent.

– La toute puissance des banques, gérant des sommes telles qu’elles sont capables de manipuler des cours de bourse.

– La spéculation “industrielle” nuit à l’économie en enrichissant les banques et en déstabilisant les entreprises sans aucune création de valeur…

Le crowdfunding est une méthode qui pourrait nous faire revenir aux bases du capitalisme. Un actionnaire peut participer à l’effort de développement d’un projet ou d’une entreprise sur le long terme et bénéficier de sa réussite future. Il est impliqué dans le développement de l’entreprise et peut mettre ses compétences à contribution pour la réussite du projet. Il peut aussi promouvoir des projets grâce à son réseau social.

Les investissements sont concrets (développement d’une startup, développement d’un projet d’énergie renouvelable, prêt d’argent à un particulier) et la proposition de valeur claire.

Dans certains cas, la banque est tout simplement supprimée du processus de financement. Par exemple dans le cadre d’emprunts entre particuliers, la suppression d’une structure bancaire permet aux emprunteurs d’avoir des taux plus faibles et aux investisseurs de meilleurs rendements.

La spéculation n’existe pour l’instant pas, les actifs n’étant pas côtés. (et les banques ne s’étant pas encore intéressées à ce phénomène)

Il existe cependant de nombreux défis à relever avec le développent du cette finance participative: 

Le Risque de défaut et son évaluation : amorçer une startup est un pari (très) risqué mais très rémunérateur en cas de réussite. Ce n’est donc pas un produit d’épargne sûr (comme un fond obligataire ou un livret A). Cependant la diversification du crowdfunding vers des emprunts entre particulier et le financement de projets moins risqués (développement de production d’énergie aletenative) tend à proposer des placements avec des risques moindre.

Le “Shadow-Banking” : ce terme désigne des places de marché parallèle pour l’échange d’actifs non officiellement côtés. Ces places de marchés pourraient de développer dans un avenir proche afin de permettre d’avoir une liquidité accrue sur des actifs par nature peu liquides (parts dans une startup, emprunt, …). Les actifs seraient alors côtés et le risque spéculatif serait alors accru…

La Fraude : Comme tout projet sur internet il sera possible de frauder pour lever des fonds pour une proposition bidon. Des systèmes de certification de plateforme de levée de fonds seront notamment développées pour faire face à ce risque.

La Manipulation : Les informations publiées pour les levées de fonds seront plus difficilement “auditables”. Là deux parades pourront êtres développées : la due diligence par l’organisme de levée de fonds ainsi que la due diligence collective, directement par les investisseurs ou des internautes qui auront une expertise dans le secteur d’investissement et qui seront reconnus comme tels.

La liquidité : La liquidité des actifs “crowdfundés” est très faible pour le moment. Pour une startup, il faut en effet attendre une introduction en bourse ou fusion-acquisition. Pour un emprunt, il faut attendre le terme, etc… Même si certaines initiatives commence à bourgeonner (par exemple le marché secondaire sur myartinvest, pour revendre des parts d’oeuvre d’art).

Abundance Generation veut financer par des particuliers les projets d’énergie renouvelable

Abundance Generation veut financer par des particuliers les projets d’énergie renouvelable

Abundance Generation proposera sous peu d’ouvrir le financement de projets d’énergie renouvelable anglais au plus grand nombre. En effet ce site permet de mettre en commun de nombreuses petites petites contribution (à partir de 5£) afin de financer des projets divers (solaire, éolien, biomasse). Une fois actionnaire, l’internaute recevra régulièrement les bénéfices de la production.

C’est la première initiative du genre en Europe. Solar Mosaic aux US permet de financer des installations solaires et de rembourses progressivement la participation de l’internaute en fonction de l’électricité produite, mais pas plus (la réglementation l’interdisant jusqu’il y a peu).

Le secteur du capital risque français est en difficulté

Le secteur du capital risque français est en difficulté

Dans un article de latribune.fr du 28/03/12, il est clairement indiqué que le capital risque français a de plus en plus de difficultés à récolter des fonds auprès des investisseurs.

La première hypothèse avancée est l’impact des nouvelles réglementations Bâle 3 et Solvabilité 2 qui imposent un niveau de fonds propres renforcé aux banques et assurances  pour faire face aux risques engagés par les activités de marchés, mais aussi pour le private equity.

Il est aussi indiqué que seulement 7% de ces fonds levés sont destinés au capital-venture c’est à dire au financement de startups. A ce problème vient s’ajouter celui de “l’equity gap”, le fait que le peu de fonds qui font du capital-venture le font pour des tickets d’entrée en général élevés (en général >1M euros) et que les solutions classiques en dessous de ce montant sont assez limitées (business angels, famille, OSEO, prêt d’honneur, concours,…)

Ces chiffres montrent l’impasse dans lequel est aujourd’hui le secteur du capital risque français, dans l’incapacité de financer les (très) jeunes sociétés innovantes pourtant meilleure solution pour les problèmes d’emploi futurs.

Cela peut être opportunité renforcée pour le crowdfunding qui permettra peut-être au secteur du capital risque de diversifier ses sources de financement en adressant directement la foule pour ses levés de fond…